Mon deuxième roman : extrait

Salut les romantiques,

Voici un petit extrait de mon nouveau projet de roman intitulé Tumulus Nimbus. L’idée de cette histoire m’est venue d’une chanson de Brel, La chanson de Van Horst, ainsi que du roman de Gilbert de Voisins, Le Bar de la fourche, adapté au cinéma en 1972 avec Jacques Brel et Isabelle Huppert.

Je n’en suis qu’aux prémices mais j’ai envie d’écrire une comédie autour de trois personnages masculins. Trois anges gardiens essayant de sauver leur âme en portant secours à des humains.

Voici un premier extrait où Van Horst s’exprime. C’est un brouillon issu d’un atelier d’écriture. Qu’en pensez-vous pour un premier jet ?

 

VAN HORST

Au fond, quel est le sens de la mort ? Quand ça m’est arrivé, une déflagration m’a rempli le cerveau. Ou plutôt l’a vidé. Puis, plus rien. Silence final. Jusqu’à l’arrivée de mon gardien !

On s’imagine des tas de choses sur la mort, mais la vérité c’est que la mort, c’est très décevant. Mon gardien s’est présenté : matricule M52K00XP, responsable de transit de la ligne blanche, terminus « Les portes de Saint-Pierre ».

Je me suis relevé, tout engourdi, constatant au passage que je n’étais plus qu’une enveloppe opaque imitant la forme de mon ancien corps.

On ne nous prépare pas assez au manque de poésie là-haut. Il faut dire qu’Ils sont débordés. Manque de personnel, restriction de budget…

Les humains sont égoïstes : quand on leur propose le marché de l’éternité, se la couler douce au paradis ou devenir gardien pour faire le bien, la plupart des gens n’hésitent pas deux fois.

Moi, je n’ai pas eu le choix.

 

Merci de vos retours. Restez connecté pour la suite.

A très vite,

~Joy

Passe à ton voisin !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *